Bâtiments de Basse Consommation (BBC) : construire une maison conforme à la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012)

bruno

« Bâtiment de Basse Consommation (BBC) » désigne un label apporté par l’association non gouvernementale Effinergie. Officialisé le 19 juin 2007, le label « BBC-Effinergie » ne peut désormais plus être délivré.

Entre juin 2007 et le 31 décembre 2012, 30 180 labels « BBC Effinergie » ont été accordés dans le cadre de la construction de maisons individuelles (source : Bilan Effinergie).

Au moins dans ses grands principes, le label BBC-Effinergie a été partiellement transposé dans la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012), applicable depuis le 1er janvier 2013 aux bâtiments neufs à usage d’habitation et à leurs parties nouvelles soumises à permis de construire. Le législateur de la loi Grenelle entendait par ailleurs « généraliser les bâtiments de basse consommation » .

Comment construire un bâtiment de basse consommation conforme à la RT 2012 ?

Voici quelques éléments d’informations, soigneusement illustrées, permettant de comprendre les principales caractéristiques des maisons de basse consommation.

Label BBC-Effinergie et RT 2012 : quelques différences et points communs

Le principal point commun entre le label BBC-Effinergie et la RT 2012 consistait en la limitation de la consommation d’énergie primaire du bâtiment, notée en valeur « Cep », à 50 kilowatteurs par m² et par an.

De plus, le label BBC-Effinergie imposait les mêmes exigences d’étanchéité des bâtiments à usage d’habitation individuelle que celles prévues par la RT 2012.

Enfin, le label BBC-Effinergie faisait l’objet d’une démarche de certification. Cette démarche peut se retrouver dans le cadre de la délivrance de l’attestation de prise en compte de la réglementation thermique prévue par la RT 2012.

La RT 2012 affiche toutefois des ambitions supplémentaires :

  • Le respect d’exigences de résultats, exprimés par les valeurs Bbio et Tic (en plus du coefficient Cep) ;
  • Le respect d’exigences de moyens : surface minimale des baies vitrées supérieure à 1/6e de la surface habitable et autres dispositions diverses.

Contrairement à la RT 2012, l’obtention d’un label BBC-Effinergie dans le cadre de la construction d’une maison individuelle n’était pas imposée aux constructeurs. Le label BBC-Effinergie reposait au contraire sur une démarche volontaire, bien que des dispositifs d’aides et de prêts aidés pouvaient être fortement incitatifs.

En cela, la RT 2012 apparait être plus stricte que le label BBC-Effinergie.

Retrouvez l’ensemble des exigences de résultats (BBio, Cep et Tic) et de moyens en consultant cette page : RT 2012, exigences de moyens et de résultats.

Consultez également notre dossier spécial sur la réglementation thermique 2012, abordée en détail : réglementation thermique 2012.

Principes d’un bâtiment de basse consommation

Au sens du label BBC-Effinergie, une maison pouvait, entre autre, être appréhendée comme étant de basse consommation dès lors que sa consommation d’énergie primaire était inférieure à 50 kilowatteurs par m² et par an pour les postes suivants (art. 2 5° de l’arrêté du 3 mai 2007) :

  • Chauffage ;
  • Eclairage ;
  • Eau chaude sanitaire (ECS) ;
  • Ventilation ;
  • Eclairage ;
  • Refroidissement.

Dans son article 4, l’arrêté du 26 octobre 2010 relatif à la réglementation thermique reprend l’objectif de limiter la consommation d’énergie primaire à 50 kWh/m²/an pour l’ensemble de ces postes.

Le bâtiment doit en conséquence être conçu de manière à optimiser ses besoins en ressources énergiques.

L’optimisation de la performance énergétique passe à la fois par :

  • La conception du bâtiment et la mise en valeur du terrain : orientation des façades afin de capter l’ensoleillement, aménagement d’un écran végétal en vue de réguler les apports et pertes calorifiques, installation de dispositifs d’alimentation en énergies renouvelables.
  • La structure du bâtiment : traitement des ponts thermiques, étanchéité, ventilation.

Ponts thermiques

Les ponts thermiques consistent en des discontinuités entre les matériaux et les parois de structure.

Ces discontinuités entrainent des déperditions thermiques pouvant atteindre 30 %. L’installation de rupteurs de ponts thermiques en dalle comme en façade est impérative dans le cadre de la construction d’un bâtiment de basse consommation.

Les ponts thermiques de liaison (PTL) se localisent aux intersections entre les planchers, murs, menuiseries et toitures. Les ponts thermiques intégrés (PTI) proviennent d’ossatures ou d’éléments de fixation traversant les systèmes d’isolation.

Etanchéité à l’air

Le législateur impose aux bâtiments à usage d’habitation le respect d’exigences en termes d’étanchéité à l’air (art. 17 de l’arrêté du 26 octobre 2010). L’étanchéité à l’air doit être inférieure à 0,6 m3/h.m2 pour une maison individuelle.

Les bâtiments doivent ainsi limiter les fuites d’air, lesquelles peuvent en effet entrainer une surconsommation énergétique inutile, de la condensation et un inconfort acoustique.

Isolation

Combles aménagés

L’air chaud échappant par la toiture représente jusqu’à 30 % des déperditions d’énergie d’un bâtiment.

Une des techniques d’isolation courante des combles aménagés repose sur l’installation d’un matelas de laine minérale d’une épaisseur de 20 à 30 cm, posée entre les chevrons ou arbalétriers des fermettes.

Isolation des murs

Isolation des murs par l’intérieur
L’isolation des murs par l’intérieur (ITI) consiste à poser un isolant sur le nu intérieur des murs.

Elle diminue toutefois la surface habitable et contribue à créer de nouveaux ponts thermiques à traiter. Cette technique est plutôt utilisée dans le cadre de la rénovation d’un bâtiment existant.

Isolation des murs par l’extérieur

L’isolation des murs par l’extérieur (ITE) consiste à poser un isolant sur le nu extérieur des murs. L’isolant est recouvert d’un enduit ou d’un bardage. Cette technique d’isolation assure l’étanchéité du bâtiment contre la pluie et permet de traiter les ponts thermiques.

Elle assure également une bonne inertie thermique du bâtiment en protégeant ses structures contre les chocs thermiques.

Isolation des planchers

Les dalles inférieures participent à hauteur de 7 % des déperditions thermiques tandis que les dalles supérieures représentent 5 % des déperditions thermiques.

Les planchers doivent donc intégrer des matériaux d’isolation performants afin de limiter les dépenses énergétiques nécessaires au chauffage du bâtiment.

Chauffage

Le système de chauffage par pompe à chaleur (PAC) est l’une des solutions les plus couramment utilisées par les bâtiments de basse consommation.

Une pompe à chaleur consiste en une installation thermodynamique conçue pour capter de la chaleur extérieure (par le sol, par l’air ou par l’eau) et à la restituer à l’intérieur du bâtiment.

PAC air/eau

La PAC air/eau repose sur l’aérothermie : la chaleur est obtenue par le chauffage de l’eau grâce à une entrée d’air. La chaleur est restituée à l’intérieur du bâtiment par des radiateurs de basse température ou par plancher chauffant.

PAC sol/eau

La PAC sol/eau repose sur la géothermie : elle puisse la chaleur du sol pour la restituer au travers d’un réseau d’eau. La chaleur est transmise à l’intérieur du bâtiment par des radiateurs de basse température ou par plancher chauffant. L’installation d’une PAC sol/eau nécessite un forage du sol.

PAC eau/eau

La PAC eau/eau, moins couramment utilisée, repose également sur la géothermique : elle puise la chaleur dégagée par les nappes phréatiques.

Ventilation

Les bâtiments de basse consommation incitent à une forte étanchéité à l’air. En parallèle, le renouvellement manuel de l’air par l’ouverture des fenêtres est à éviter, car cela entraine une surconsommation énergétique superflue.

En conséquence, afin de préserver la qualité de l’air ambiant, l’installation d’un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC) apparait incontournable.

Système VMC simple flux

Les systèmes simples flux permettent d’extraire l’air vicié par un ventilateur placé en toiture. Des gaines de distribution relient une gaine collective aux bouches d’extraction situées dans les pièces polluées ou humides : cuisine, sanitaires, salle de bain.

Système VMC double flux

Les systèmes doubles flux reposent sur un processus « extraction air vicié – distribution air renouvelé ».

Le flux d’air frais est distribué par soufflage dans les pièces au moyen de gaines et d’un ventilateur.

Systèmes hygroréglables

La ventilation des systèmes hygroréglables varie automatiquement en fonction de l’humidité de l’intérieur du bâtiment, permettant ainsi d’évacuer l’air vicié plus efficacement en plus de limiter les dépenses énergétiques inutiles.

Eau chaude sanitaire

Les bâtiments de basse consommation privilégient les systèmes d’eau chaude sanitaire par récupération d’une énergie renouvelable.

Chauffe-eau thermodynamique avec pompe à chaleur

Ce dispositif utilise l’air ambiant obtenu par un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC), ou par géothermie.

Chauffe-eau solaire

Ce système repose sur l’installation de capteurs solaires en toiture, idéalement inclinés entre 30 ° et 60 ° et orientés vers le Sud. Ce système produit de l’eau chaude par le biais d’un ballon de stockage et d’un chauffe-eau d’appoint.

Eclairage

La limitation de la consommation énergétique du bâtiment nécessite de privilégier l’éclairage naturel plutôt qu’une utilisation de l’éclairage artificiel. La RT 2012 impose par ailleurs une surface vitrée supérieure ou égale à 1/6e de la surface habitable.

De telle sorte qu’un bâtiment correctement orienté peut à la fois limiter les besoins en éclairage artificiel, en plus de récupérer la chaleur du soleil en hiver ou d’en limiter ses apports en été.

Bilan

La RT 2012 entend encourager l’efficacité thermique des bâtiments. En cela, elle vise à généraliser la construction de maisons de basse consommation.

Au regard des exigences techniques requises dans le cadre de la construction d’un bâtiment de basse consommation, la consultation d’un professionnel thermicien semble essentielle dès les esquisses du permis de construire.

D’autant plus que le bâtiment, à la fin de sa construction, devra faire l’objet de la délivrance d’une attestation RT 2012 produite sur la base d’une étude thermique conventionnelle, que seuls des professionnels sont habilités à réaliser.


Plus d’infos sur ce sujet :

La Réglementation thermique 2012 (RT 2012)
Réglementation thermique 2020 (RT 2020)
Énergie primaire, secondaire, finale : la RT 2012 et l’optimisation énergétique de l’habitat…
Nouveau formulaire CERFA permis de construire à télécharger !
La Réglementation Thermique 2012 (RT 2012) : objectifs, textes applicables et exigences

Dans la même rubrique