TIC

bruno

TIC

Tic

Le coefficient Tic, pour « Température Intérieure Conventionnelle », correspond, selon l’article 7 de l’arrêté du 26 octobre 2010, à « la valeur maximale horaire en période d’occupation de la température opérative ».

Facultatif pour les bâtiments d’habitation climatisés notés CE 2, la Tic concerne pour l’essentiel les bâtiments d’habitation non climatisés, notés CE 1 (article 7 I- 3 de l’arrêté du 26 octobre 2010).


Une prise en compte des dérèglements climatiques ?

L’argument de la Tic semble de répondre aux évolutions climatiques ultérieures, qui tendrait à une hausse des températures et à un accroissement des phénomènes de canicules.

Si un tel réchauffement se confirme, les bâtiments non climatisés de basse consommation risqueraient alors d’être difficilement supportables pour leurs occupants. L’usage d’un système actif de refroidissement coûteux en énergie deviendrait vite indispensable, minant de fait l’ambition de réduction des besoins énergétiques promise par la RT 2012.

En réponse, la RT 2012 apporte le coefficient Tic en vue d’assurer un confort d’été, même en période de forte chaleur (source : Site du Ministère du Développement Durable, « Les exigences de confort d’été dans les bâtiments non climatisés »).

Calcul de la Tic : le recours à un thermicien est indispensable

Ce coefficient reste assez obscur (voir cette plaquette du Ministère du Développement durable, p.7, ainsi que le site du Ministère du Développement Durable qui évoque un éventuel amendement de ce coefficient), toutefois selon la méthode Th-BCE (p. 1 161), la Tic maximale de base semble fixée à 26°C.

Seul un thermicien apparaît techniquement capable d’établir correctement la valeur Ticref.